Abonnez-vous aux dernières actualités !

Abonnez-vous aux dernières actualités !

Étiquette intelligente ou code-barres classique ?

4 Minutes
Etiquette intelligente ou code-barres classique ?

Depuis 1949 date à laquelle N. Joseph Woodland dépose la première demande de brevet sur la technologie des codes-barres, tous les efforts d’innovation ont répondu à un impératif : créer une étiquette intelligente en lui associant toujours plus de fonctionnalités. Pourtant, l’étiquette à code-barres semble indétrônable… Décryptage.

Le tout premier produit doté d’un code-barres scanné à une caisse est un paquet de chewing-gum. Il prend place dans les rayonnages le 26 juin 1974 dans la ville de Troy dans l’Ohio. En France, le premier produit équipé de code-barres fait son apparition en 1980 : ce sont des galettes de Fouesnant. Il faut attendre 1982 pour que de grandes enseignes comme Casino et Carrefour commencent à équiper leurs magasins.

De nos jours, le code-barres ne se limite plus au secteur du commerce. Dans l’industrie automobile, dans l’administration mais aussi dans le secteur de la santé, le code-barre est partout. Ses missions ? Elles sont multiples.

L’étiquette code-barres sert à identifier les produits et d’en assurer la disponibilité. Elle a également vocation à assurer la traçabilité des biens sur lesquels elle est apposée en les identifiant, datant et géolocalisant. Dans les faits, l’histoire de l’étiquette se résume à une tendance majeure : ajouter toujours plus de fonctionnalités pour améliorer la qualité et la quantité d’informations disponibles.

Les fonctions de base de l’étiquette code-barres

Recourir à des étiquettes code-barres, c’est d’abord faciliter les échanges d’information. Si elle peut sembler anodine, l’étiquette est un média informationnel à part entière qui permet de faire converger réalité physique et réalité informatique.

Catalyseur d’efficacité et de fiabilité, le code-barres évite les ressaisies manuelles et par voie de conséquence, limite le risque d’erreur humaine. Autant de fonctionnalités de base qui sont avant tout une promesse de gain de temps pour gérer des biens et des produits. Pour relever ce défi, il faut encore disposer de solutions d’impressions d’étiquette code-barres adaptées à l’usage mais aussi un lecteur de code-barres résistant et ergonomique à la fois.

Mais, parce que les étiquettes code-barres sont partout, qu’elles sont imprimées par dizaines de milliers d’exemplaires chaque jour, leur impact environnemental finit par être non négligeable. C’est pourquoi il est capital de s’orienter vers des solutions techniques, des encres et des papiers éco-responsables. Mais le défi RSE n’est pas le seul qui s’impose !

Explorer les nouvelles technologies avec l’étiquette intelligente

L’un des chantiers sur lesquels l’innovation est la plus dynamique, c’est celui de la fonctionnalisation de l’étiquette intelligente. Réalité augmentée, connectivité, lutte contre la contrefaçon, de nombreuses disciplines et orientations technologiques se situent à la convergence du réglementaire, du juridique et du marketing.

Parmi les pistes les plus évidentes pour créer une étiquette intelligente, on trouve bien évidemment le QR CODE. Ce dernier est véritablement entré dans nos vies massivement sous l’effet de la crise sanitaire. Autrefois levier marketing, il a endossé un rôle de santé publique depuis le début de l’épisode COVID-19.

Facile à générer, le QR CODE offre une excellente traçabilité mais son principal atout c’est la possibilité d’encoder jusqu’à 4296 caractères quand le code barre alphanumérique de type « code39 » ne peut contenir que des chiffres et des lettres, ne dépasse pas les 39 caractères.

Alors, dépassé le code-barre ? Pas vraiment ! En effet, scanner un QR Code est beaucoup plus complexe que lire un code-barre. De plus, les lecteurs compatibles (le plus souvent des smartphones) s’avèrent bien plus onéreux. L’autre piste pour ajouter des fonctions à l’étiquette, c’est la technologie RFID (Radio Frequency Identification). Cette technologie repose sur un marqueur (la puce, l’étiquette) qui contient un certain nombre de données clés. Ces dernières peuvent être lues sans contact sur une distance allant de quelques centimètres à 200 mètres.

Grâce au lecteur RFID, même si l’étiquette sur un colis n’est pas visible, l’accès aux informations reste rapide et facile. Présenté de la sorte, l’étiquette code-barre semble bien désuète ! Et pourtant, le coût de l’étiquette RFID n’a rien de comparable. La durée de vie de ces marqueurs est beaucoup plus courte que celle d’étiquettes code-barres traditionnelles.

Alors investir dans des solutions d’impression et de lecture de code-barre est sans doute un choix pertinent !

Olivier Gaulard

Olivier Gaulard

DIRECTEUR DES VENTES DE L’ACTIVITÉ BAR-CODE SOLUTIONS (BCS)

Partager cet article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
ARTICLES SIMILAIRES